Soyons honnêtes, à une époque où les lèvres de Kylie Jenner attirent autant l’intérêt public qu’une catastrophe mondiale, où les drones sont devenus monnaie courante et que les interactions humaines diminuent à chaque fois qu’un émoticône est envoyé, l’idée de mettre un enfant au monde est quelque peu épeurant.
OK, carrément terrifiant.
Pourtant certains de nos confrères jeunes professionnels (JP) commencent tout de même à franchir ce pas. Grâce à des discussions avec eux et en réfléchissant à notre avenir, nous en sommes venus à la conclusion que nous ne pourront pas élever nos enfants comme nos parents nous ont élevés.
En voici 9 raisons

1. Vous allez devoir prévoir du temps en plein air

Quand vous pensez à votre propre enfance, nous parions que vous pensez comme nous, certains de vos souvenirs les plus mémorables étaient à la plage, dans un canoë au chalet ou dans le parc – pas devant une console Nintendo. Mais de nos jours, jouer à l’extérieur est plutôt quelque chose de nouveau, quasi un inconvénient pour les enfants quand il existe tellement de distractions électroniques. Ce qui veut dire qu’un peu d’air frais demandera de l’effort.

young-hikers-e1408386019936

2. Vous ne pourrez pas trop compter sur des appareils pour les distraire (alias les garder).

Merci à l’omniprésence des téléphones, tablettes, ordinateurs portables et jeux vidéo, il est plus facile que jamais de distraire les enfants – et ce, dès leur naissance. Nous avons tous vu des bébés sur des iPad à la table d’à côté. Mais c’est un peu trop facile. À moins que cette vidéo ne vous donne aucunement de l’anxiété, vous voudrez peut-être envisager des jeux de société, de l’équipement de sport et de vrais livres qui représentent la réalité de l’enfant.

IMG_1206

3. Vous aurez à rendre compte d’une douzaine de différents types d’allergies et de restrictions alimentaires lors des fêtes d’enfants

Finis sont les jours où vous pouviez servir des hot-dogs et des hamburgers à la fête d’un enfant et que tout le monde – parents et enfants – étaient heureux. L’allergie aux noix existe bien sûr depuis toujours. Mais d’ici le temps que nous ayons des enfants, plusieurs de leurs camarades de classe auront une allergie aux produits laitiers ou au gluten – ou ne mangeront que bio. En fin de compte, le lunch de votre enfant à la garderie sera probablement beaucoup mieux qu’était le vôtre.

32d1e243d2ba33003aae1ece1ba4d5c6

4. Vous aurez à définir les paramètres des médias sociaux

Les médias sociaux impliquent un tout nouvel aspect de la parentalité qui était absent à notre époque. Entre l’intimidation et les prédateurs en ligne et toute la pression sociale que représentent les médias sociaux à eux seuls, c’est un monde effrayant. Voilà pourquoi nous devons prendre en considération toutes les erreurs que nous avons commises sur les médias sociaux et notre expérience acquise depuis le jour où nous nous sommes abonnés à Facebook et les partager avec nos enfants.

instagramphoto

5. Vous aurez à les éduquer sur le romantisme

La triste réalité est que la bonne vieille méthode pour courtiser (si ce mot existe toujours) est un art en voie de disparition – particulièrement pour les jeunes de moins de 25 ans pour qui les rencontres commencent généralement par l’intermédiaire d’une application ou les médias sociaux. Si vous voulez que vos enfants croient que l’amour du genre Notebook est toujours possible, vous devrez les exposer à de tels scénarios.

3892_ANiceOld-FashionedRomance

6. « LA » discussion sera un peu plus complexe

La discussion maladroite de la « cigogne » sonnera un peu différemment (mais sera certainement tout aussi embarrassante). Vous n’aurez sûrement pas à leur parler des relations du même sexe non plus à cette étape – ils auront probablement déjà quelques petits camarades de classe dont les parents sont du même sexe. Ils seront très bien au courant de leurs options déjà là, merci beaucoup. La cigogne sera remplacée par des termes comme donneur de sperme, substitution et in vitro.

o-IN-VITRO-FERTILIZATION-LAB-facebook

 

7. Vous pourriez avoir à renommer votre enfant transgenre – ou le/la laisser faire

Nous ne vous apprenons rien en disant que 2015 est l’année de conscientisation aux transgenres. Du «coming out» de Caitlin Jenner, à l’élimination des étiquettes spécifiant le sexe sur les jouets pour enfants dans les magasins comme Target et les salles de bains neutres en nombre croissant dans les écoles primaires partout au Canada – le soutien aux transgenres existe plus que jamais. Et cette personne pourrait être votre futur enfant qui sera vraisemblablement à l’aise de se comporter comme il ou elle le souhaite grâce à l’ouverture d’esprit de la société.

shiloh

8. La conversation sur les drogues devra être faite plus tôt

Que vos parents aient eu la conversation sur les drogues avec vous ou pas, et peu importe qu’elle ait été très vague – vous voudrez être brutalement honnête sur les dangers croissants de la consommation et de l’abus de drogues chimiques. Alors que la drogue de choix lorsque nous étions adolescents était plutôt du type « vert » et naturel, il semble que l’engouement « Molly » se soit emparé des jeunes comme l’incontournable dernière paire de baskets en vogue. Et comme il y a déjà un très grand nombre de festival de musique, imaginez combien il y en aura lorsque votre enfant sera au secondaire.

o-KIDS-DOING-DRUGS-facebook

9. Vous devrez leur rappeler les plaisirs simples de la vie

Quand tout va plus vite et que la vie est plus stimulante que jamais, il devient plus facile d’ignorer les plaisirs simples de la vie comme un incroyable coucher de soleil, un feu de camp sur le bord d’un lac, un chocolat chaud par une journée froide ou une étreinte amicale. Si vous ne leur apprenez pas, vos enfants n’apprendront jamais à vivre le moment présent et à prendre un peu de recul de ce chaos interconnecté.

Quoi que l’idée d’avoir des enfants en soit une éloignée pour plusieurs d’entres nous, ce sont toutes des choses auxquelles il est bon de réfléchir aujourd’hui.

o-TEENS-DANCING-ON-BEACH-facebook

Recent Posts by Author